⚐ À la une Actualités Politique de la ville

Tribune de Jean-François Dauré

La violence qui a fait jour le 26 septembre dernier à Angoulême dans l’attaque d’un bus urbain de la STGA par une bande organisée a braqué les projecteurs de l’ensemble des médias sur notre territoire.

Cet acte intolérable est venu s’ajouter à une liste déjà longue d’événements délictueux qui font naître un sentiment d’insécurité au sein de la population et de celles et ceux qui ont pour mission d’assurer un service public, à l’image des conducteurs de bus, des agents des déchetteries, des ripeurs...

J’entends leurs craintes, leurs souffrances et le sentiment qu’ils ont d’une certaine impunité envers les casseurs et les fauteurs de trouble.

À chaque fois qu’une poignée d’individus sème la peur chez nos concitoyens, c’est la République qui recule.

J’ai alerté l’État depuis une dizaine d’années sur le recul de sa présence sur notre territoire afin d’assurer la sécurité de tous nos concitoyens. C’est une de ses missions régaliennes.

Je salue l’engagement de Madame la Préfète de Charente qui a pris à bras-le-corps ce problème en s’engageant en particulier personnellement auprès des agents de la STGA. Je salue également le travail au quotidien des forces de l’ordre.

Il n’empêche que l’agglomération angoumoisine a besoin d’effectifs de police supplémentaires et c’est le sens de ma demande d’audience urgente auprès du Ministre de l’Intérieur.

Une meilleure coopération à l’échelle de l’agglomération entre les différents acteurs de la sécurité – Police Nationale, police municipale, Gendarmerie – de la Justice, mais aussi les agents de médiation et les travailleurs sociaux, est aussi indispensable. Je compte bien travailler à cela.

Ceci étant posé, il serait très dommageable que les agissements d’une vingtaine ou d’une trentaine de délinquants entachent durablement l’image de notre territoire et réduisent à néant le travail mené depuis ces dernières années pour que l’agglomération d’Angoulême soit aujourd’hui une destination qu’on visite et où on s’installe.

Son dynamisme festivalier, sa reconversion industrielle en cours, son pari sur l’innovation et son bien-vivre font rayonner notre agglomération bien au-delà des frontières régionales et nationales.

Les élus, les acteurs économiques, culturels, sportifs, associatifs et la société civile en général se sont beaucoup investis pour cela avec enthousiasme et ferveur.

Prenons garde à ce que ce travail de fond ne soit pas occulté par des déclarations intempestives ou au contraire mûrement raisonnées à des fins politiques, alimentant des médias en quête de sensationnel.

C’est l’avenir de notre territoire, notre développement touristique, notre dynamisme économique et donc notre emploi qui est en jeu.

J’en appelle à la responsabilité de tous. De l’État, afin qu’il garantisse comme il en a le devoir la sécurité pour chacun. De l’ensemble des élus et acteurs du développement pour que se poursuive le travail engagé en faveur de l’attractivité de l’agglomération d’Angoulême.

Jean-François DAURÉ
Président de GrandAngoulême

Télécharger la tribune